Paradise City Festival 2018

Fin juin avait lieu le Paradise City Festival au château de Ribeaucourt à Perk. Pendant trois jours, artistes belges et internationaux se sont relayés avec une programmation variée dans un cadre paradisiaque.

4ème édition plus que réussie pour le Paradise City Festival avec au menu : une programmation électronique mêlant house, deep house, techno et musique live, une scénographie méticuleuse, de la fine cuisine et une organisation remarquable. Tout cela dans un esprit écologique et à taille humaine, dans un cadre idyllique, au bord de l’eau et au milieu des champs.

JOUR 1

Un premier jour riche en sonorités house avec une scène Play Label Records. On y retrouvait des artistes locaux tel que Exon, membre fondateur du label ou encore Latence ainsi que des pointures internationales allant du parisien Flabaire au célèbre dj de Chicago Lil Louis.

IMG_2378Du côté de la scène Love menée par son fondateur Renaud Deru (Attari), nous retrouvions entre autre Cleveland, Perel et Jennifer Cardini.
La troisième scène quant à elle avait Ketaloco en tant que « host » et nous en retiendrons un B2B ensoleillé de Hush Hefner accompagné par Konna, jeune artiste en pleine ascension (qui est à retrouver dans notre série de podcast : ici).

JOUR 2

Pour la deuxième journée de festival, la scène Ketaloco a laissé place à une scène « Live », avec une programmation éclectique incluant une prestation live de l’artiste belge Haring ou encore de Whomadewho. Sur cette même scène on y a également retrouvé Goldfox, pour un dj set riche en influences afro, orientale et bien entendu, électroniques, retransmis en direct sur le célèbre site de streaming musical « BE-AT.TV »

IMG_3050Le collectif bruxellois Under My Garage était également à la tête d’une des scènes du samedi avec une programmation riche et pointue, avec notre plus gros coup de coeur : Or:la.
La jeune protégée de Scuba nous a offert un set rythmé et dansant, dans une atmosphère idyllique de couché de soleil.

IMG_3314

JOUR 3

Dernier jour de festival avec 3 nouveaux « stages hosts » invités. Cette fois c’est au tour de Abstrkt, de club Silo et du dj belge, Nico Morano de gérer la programmation des trois scènes du festival.
Abstrkt nous aura d’ailleurs offert une belle sélection de « live acts », avec en ouverture, le bruxellois DC Salas, suivit entre autre de Romare, Red Axe et Kink.

IMG_3504La scène de Nico Morano accueillait quant à elle des artistes issus de label Afterlife, avec Patrice Baumel et Denis Horvat. Les amateurs du genre auront été gâtés avec également une closing de Nico Morano qui aura même duré plus longtemps qu’annoncée.

IMG_3458Du côté de la scène « Silo », on a eu droit à une prestation de haut vol de Dj Koze et une closing digne de ce nom pour le Paradise City Festival avec Laurent Garnier.

Paradise City Festival 2018

On retiendra de ce festival une programmation très variée qui ose mélanger les styles et permet au public de vagabonder autour de trois scènes et d’en profiter selon les envies. Seuls les amateurs de techno et de deep techno pointue resteront un petit peu sur leur faim.
L’organisation quant a elle était certainement le plus beau points fort du festival. De l’aménagement du site au choix des food trucks, en passant par l’accessibilité et les sanitaires, tout était clairement au point pour satisfaire une clientèle haut de gamme.

Sans oublier l’aspect écologique et durable du festival avec 100 % de décorations en matériaux recyclés, aucun plastique à usage unique ainsi qu’une offre de nourriture, via une sélection de food trucks, sans aucune viande et avec 100% d’aliments issu d’origine équitable. Tout cela fait du Paradise City Festival un évènement exemplaire en terme d’écologie.

Bref, si vous voulez vous évader dans un cadre naturel et spectaculaire, tout en vous enivrant de bonnes vibrations et de bonnes ondes sans en oublier le respect de l’environnement et du développement durable : rendez-vous l’année prochaine au Paradise City Festival pour la 5ème édition !

Ecrit par Emma Pajevic & Cédric Dhooghe 

Pic. by Cédric Dhooghe
More Stories
Kai Alcé au Listen! Festival